Six points à retenir du premier tour de l’élection présidentielle française

[ad_1]

Le premier tour de l’élection présidentielle française s’est déroulé dimanche avec un taux d’abstention élevé et certains des mêmes visages que le concours qui a eu lieu il y a cinq ans.

Le président Emmanuel Macron reste le favori pour remporter la course mais fait face à un défi de taille de la part de la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen.

Voici six points à retenir du premier tour de l’élection présidentielle dans la deuxième économie d’Europe.

Un concours répété de Macron contre Le Pen

Une fois de plus, Emmanuel Macron affrontera le leader d’extrême droite du Rassemblement national Le Pen lors du second tour de la course présidentielle le 24 avril dans une répétition du concours de 2017.

Macron a terminé dimanche premier à environ 27,4%, selon le ministère de l’Intérieur, suivi de Le Pen à la deuxième place à 24%. Ils étaient les deux qualifiés pour le second tour de l’élection.

Plusieurs candidats, dont la socialiste Anne Hidalgo et la conservatrice Valérie Pécresse, ont déclaré qu’ils soutiendraient Macron lors du second tour pour “bloquer l’extrême droite”, tout en reconnaissant leurs divergences avec le président sortant.

Macron a admis dans son discours qu’il savait que certains ne voteraient pour lui que pour bloquer Le Pen et qu’il ne soutenait pas réellement ses propositions.

Macron et Le Pen semblaient prêts à battre leurs résultats du premier tour en 2017, mais un sondage de l’Ifop prévoyait une course beaucoup plus serrée qu’en 2017 lors du second tour de cette année avec Macron à environ 51 % et Le Pen à 49 %.

“Les deux semaines de campagne qui s’annoncent vont être extrêmement dures : elles devront compenser le manque de campagne que nous avons connu jusqu’à présent”, a déclaré Tara Varma, responsable du bureau parisien du Conseil européen des relations étrangères.

Jean-Luc Mélenchon termine à la troisième place

Le leader d’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon devait arriver à la troisième place avec un résultat supérieur de plusieurs points à celui de 2017.

Le député français de 70 ans s’est élevé dans les sondages avant le premier tour et a probablement obtenu le soutien du candidat des Verts Yannick Jadot, qui semblait susceptible de recevoir moins de 5% des voix, et d’Anne Hidalgo, la candidate du parti socialiste qui a recueilli environ 1,73% des voix, selon les résultats préliminaires basés sur 95% des votes comptés.

“Le parti de Mélenchon est vraiment son genre de création personnelle. Et il a indiqué qu’il ne se représenterait pas à la présidence dans cinq ans. La question est donc de savoir ce qui va arriver à son mouvement ?” a déclaré Douglas Webber, professeur émérite de sciences politiques à l’INSEAD.

“Y aura-t-il quelqu’un qui pourra prendre sa place ? Ou ses partisans s’éloigneront-ils vers d’autres mouvements politiques ? La gauche est en train d’une sorte de reconstruction radicale et où cela finira est très difficile à prévoir.”

Alexis Corbière, le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, a déclaré qu’il y avait désormais trois grandes forces politiques en France. Il a ajouté que le leader d’extrême gauche Mélenchon, qui a terminé troisième, aurait pu terminer au second tour de l’élection.

“Je tiens à remercier tous ceux qui ont voté pour nous, nous devons maintenant rester ensemble”, a-t-il déclaré.

Dans un discours qui a suivi la publication des projections préliminaires, Mélenchon a déclaré que le combat continuerait : “Je n’ai jamais lâché prise, je n’ai jamais cédé, alors maintenant c’est à vous de décider”, a-t-il déclaré.

La gauche et la droite traditionnelles françaises “s’effondrent presque complètement”

Le Parti socialiste de gauche traditionnel français et les Républicains de droite ont obtenu leurs résultats électoraux historiques les plus bas, la socialiste Anne Hidalgo devant recevoir moins de 2 % des voix et la conservatrice Valérie Pécresse devant recevoir moins de 5 % des voix au premier tour.

Les deux partis politiques dominants en France se sont “effondrés presque complètement au niveau national”, a déclaré Webber.

“En tant que forces politiques nationales lors des élections présidentielles et législatives, elles sont au plus bas”, a-t-il ajouté.

Paul Bacot, professeur émérite à Sciences Po Lyon, a déclaré que les résultats pour les socialistes et les républicains ainsi que pour les verts et les communistes étaient tous potentiellement “catastrophiques” financièrement car ils semblaient être en dessous du seuil de 5%. Cela signifie que l’argent dépensé pour leurs campagnes n’est pas remboursé.

“Puisque les élections législatives s’annoncent mal pour eux, leur survie matérielle est en jeu”, a-t-il ajouté.

Varma au Conseil européen des relations étrangères, est allé un peu plus loin, déclarant que les deux partis étaient “désormais morts”, ajoutant qu'”une reconfiguration complète de la politique française est sur le point d’avoir lieu. Elle a commencé en 2017 mais sera maintenant achevée”. .

Les Verts incapables de battre leurs résultats de 2002

Les Verts ont manqué d’un point leurs résultats présidentiels les plus élevés lorsque le candidat Noël Mamère a remporté 5,25 % des voix en 2002.

“Pour quiconque (inquiet) de l’avenir de la planète et du changement climatique et du réchauffement climatique, le rôle relativement invisible joué par les questions environnementales dans la campagne et les résultats assez médiocres du candidat écologiste Yannick Jadot sont certainement plutôt déprimants et préoccupants”, a déclaré Webber.

Cela fait suite à la publication d’un autre rapport inquiétant du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de l’ONU la semaine dernière, selon lequel il est essentiel que les émissions mondiales de gaz à effet de serre atteignent leur pic d’ici 2025 au plus tard.

La porte-parole de Jadot, Mélanie Vogel, a déclaré la semaine dernière à Euronews que le prochain président français pourrait “nous permettre d’aller vers un monde vivable ou un monde invivable”.

Après la performance électorale de dimanche, une autre porte-parole de Jadot, Delphine Batho, a déclaré à France Inter que “l’écologie politique doit clairement changer pour ne plus être perçue comme un simple lanceur d’alerte” ou un frein au pouvoir, mais comme “capable d’assumer ses responsabilités”.

Ils ont lancé un appel aux dons après avoir échoué à obtenir 5% des voix.

“Pour continuer le combat qui les anime, les écologistes doivent récolter 2 millions d’euros d’ici le 15 mai 2022. L’écologie a besoin de vous. Faites un don”, écrit le parti Europe Ecologie les Verts.

Les électeurs français face à deux programmes très différents

Webber a déclaré qu’il y avait une nouvelle ligne de conduite politique en France qui n’était plus la question de la droite et de la gauche mais plutôt un camp “cosmopolite, libéral, internationaliste” du côté d’Emmanuel Macron et un camp “insulaire, nationaliste conservateur” avec Marine Le Pen .

“Les électeurs français vont être confrontés à un choix très fondamental entre ces deux directions”, a-t-il déclaré.

Varma ajoute que les deux plates-formes présentées par les candidats ont “des perspectives très différentes sur la politique européenne et étrangère et les conséquences différentes qui en découlent pour la souveraineté européenne, l’adhésion à l’OTAN, la migration”.

Beaucoup ont appelé les électeurs français à soutenir Emmanuel Macron, la porte-parole des Verts Batho déclarant que “la France ne peut pas, en 15 jours, devenir l’alliée de Vladimir Poutine. La France ne peut pas laisser le racisme institutionnel s’installer”.

Elle a dit que ce n’était pas un vote pour Macron mais un vote pour la France.

Le taux d’abstention élevé continue de peser sur les élections françaises

Le taux d’abstention de la France devait rester élevé pour une élection présidentielle à environ 25,13%, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur avec 92% des voix comptées.

S’il ne s’agissait pas du taux d’abstention record pour le premier tour d’une élection présidentielle, il s’agissait de l’un des taux d’abstention les plus élevés depuis 1965.

Plusieurs jeunes électeurs français ont déclaré à Euronews avant les élections qu’ils ne croyaient pas au vote à une élection présidentielle.

Gaspard Hermann, un ouvrier du bâtiment de 24 ans, a déclaré à Euronews que la plupart des gens votent contre un candidat plutôt que pour leurs convictions.

Il estime que les politiciens sont déconnectés de ce dont la classe ouvrière a besoin dans sa vie quotidienne.

.

[ad_2]

Source link

admin

Leave a Reply

Your email address will not be published.