Macron est en tête des sondages mais la participation est une grande question dans le vote français

[ad_1]

PARIS (AP) – Le président Emmanuel Macron est le grand favori de la course présidentielle française dimanche, mais une grande inconnue pourrait s’avérer décisive: une proportion sans précédent de personnes déclarent ne pas savoir pour qui voter ou n’ont pas l’intention de voter du tout, ce qui porte une grande dose d’incertitude à l’élection.

Le centriste pro-européen est toujours confortablement en tête dans les sondages. Sa principale challenger, la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen, apparaît en pleine ascension ces derniers jours. Tous deux sont en bonne position pour atteindre le second tour de la présidentielle le 24 avril, ce qui leur ferait rejouer l’élection de 2017 que Macron a remporté haut la main.

Il n’y a “aucune certitude”, a prévenu Macron lors de son premier grand rassemblement samedi près de Paris.

« Ne croyez pas aux sondages ou aux commentateurs qui auraient l’air définitifs et vous diraient que… l’élection est déjà faite, que tout ira bien », a-t-il dit à ses partisans. “Du Brexit à tant d’élections, ce qui semble improbable peut arriver !”

Les scénarios pour le vote du deuxième tour de cette année montrent que Le Pen a considérablement réduit l’écart avec Macron par rapport à 2017 – lorsqu’elle a perdu avec 34 % de soutien contre 66 %.

Les sondages la placent toujours derrière Macron, mais beaucoup plus près, montrant apparemment la sagesse de sa stratégie de longue date pour adoucir sa rhétorique et son image – lui permettant de capturer le vote anti-Macron ainsi que le soutien de l’extrême droite.

Ces derniers jours, la campagne de Macron a également atteint un ralentisseur surnommé “l’affaire McKinsey”, du nom d’une société de conseil américaine engagée pour conseiller le gouvernement français sur sa campagne de vaccination contre le COVID-19 et d’autres politiques. Un nouveau rapport du Sénat français remet en question l’utilisation par le gouvernement de consultants privés et accuse McKinsey d’évasion fiscale. Le problème est de dynamiser les rivaux de Macron et de le harceler lors des arrêts de campagne.

Beaucoup dans le camp de Macron craignent que ses partisans ne se rendent pas dans les bureaux de vote car ils pensent déjà qu’il gagnera, tandis que ceux qui sont en colère contre sa politique veilleront à voter.

“Bien sûr que j’ai des inquiétudes”, a déclaré Julien Descamps, un membre du parti de Macron âgé de 28 ans, soulignant que certaines personnes de son entourage “ne savent pas quoi faire”.

“Ils ne sont pas entièrement convaincus par Macron, mais s’ils rejettent les extrêmes, ils devraient voter pour lui”, a-t-il déclaré.

Macron a appelé les électeurs à se mobiliser contre l’extrême droite et l’extrême gauche françaises. « Ne les huez pas, combattez leurs idées », a-t-il dit.

En troisième position selon les sondages se trouve la figure d’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon, qui a augmenté son soutien mais est toujours loin derrière Le Pen. Un autre candidat d’extrême droite, Eric Zemmour, et la candidate conservatrice Valérie Pécresse figurent parmi les autres principaux challengers. Le premier tour de dimanche qualifiera les deux meilleurs candidats pour le second tour.

L’élection présidentielle est celle qui attire le plus les électeurs français.

Pourtant, le taux de participation est passé de 84 % en 2007 à environ 78 % en 2017, et des études montrent que l’abstention pourrait être plus élevée qu’il y a cinq ans. En particulier, les jeunes et la classe ouvrière semblent moins sûrs d’aller aux urnes que les retraités et les électeurs de la classe supérieure.

Un faible taux de participation pourrait avoir un impact majeur sur le vote, selon les sondeurs. Ils notent qu’une plus grande proportion de personnes ne savent pas encore pour qui elles vont voter — ou si elles vont voter du tout.

C’est le cas de la directrice adjointe Liza Garnier, 45 ans, qui vit dans la banlieue cossue de Montmorency, au nord de Paris.

« Je ne crois plus à ce que disent les politiciens. Ils font beaucoup de promesses, ils disent des mots de candidats, et une fois au pouvoir, nous sommes déçus », a-t-elle déclaré. « J’ai l’impression que de plus en plus de gens pensent que c’est inutile : voter pour qui ? Pour quelle raison?”

Garnier estime que les politiciens sont trop éloignés de la réalité de la vie quotidienne française. Elle a dit qu’elle pourrait simplement choisir un vote blanc, même au second tour si Macron affronte Le Pen.

“Je veux montrer que je ne suis pas satisfaite”, a-t-elle déclaré.

La baisse du pouvoir d’achat des familles françaises est l’une des principales préoccupations des électeurs dans un contexte de hausse des prix de l’alimentation et de l’énergie, ainsi que des paiements sociaux, de la sécurité, de l’immigration et de l’environnement. Mais beaucoup estiment que ces problèmes n’ont pas été abordés autant qu’ils le devraient dans la campagne de cette année, en partie parce que la guerre en Ukraine éclipse tous les autres problèmes.

Kevin, un professeur d’histoire-géographie de 26 ans dans un collège public qui a travaillé dans une banlieue défavorisée au nord de Paris, a déploré un manque de débat politique dans cette campagne. Se décrivant comme un « gauchiste », il dit se sentir « très désabusé » par la scène politique française actuelle.

Kevin, qui ne peut être identifié par son nom de famille car les employés de l’État sont tenus d’être neutres avant les élections, a déclaré qu’il hésitait toujours. Mais dans tous les cas, il ne votera ni pour Macron ni pour Le Pen, et considère le vote blanc comme une option.

Macron, qui a récemment consacré la majeure partie de son temps à des pourparlers diplomatiques pour tenter de mettre fin à la guerre en Ukraine, cherche à dynamiser sa courte campagne avant le vote de dimanche, en accordant plusieurs interviews dans les médias français et en inscrivant des activités de campagne à son agenda presque chaque jour. .

« Les amis, vous l’avez compris : c’est maintenant l’heure de la mobilisation. Il est maintenant temps de se battre », a-t-il déclaré samedi à ses supporters.

[ad_2]

Source link

admin

Leave a Reply

Your email address will not be published.