L’UE menace de poursuivre Malte en justice pour son projet de “passeport doré”

[ad_1]

La Commission européenne a intensifié ses appels à Malte pour qu’elle mette fin à son programme controversé de “passeports dorés”.

La Commission a exhorté tous les États membres de l’UE à “abolir” ces programmes mercredi, menaçant de saisir la Cour de justice de l’UE.

“La Commission considère que l’octroi de la citoyenneté européenne en échange de paiements ou d’investissements prédéterminés, sans aucun lien véritable avec l’État membre concerné, est contraire au droit de l’UE”, indique un communiqué.

“Les programmes de citoyenneté par investissement sapent l’essence de la citoyenneté de l’UE et ont des implications pour l’Union dans son ensemble.”

Depuis 2014, les citoyens étrangers fortunés peuvent acquérir la résidence ou la citoyenneté maltaise en échange d’un investissement d’environ 1 million d’euros dans le pays.

Les programmes dits de “passeport doré” en Bulgarie, à Malte et à Chypre ont été critiqués par Bruxelles pour leurs liens avec la corruption et le blanchiment d’argent.

Le mois dernier, le gouvernement maltais a annoncé qu’il suspendrait les “passeports dorés” pour les ressortissants russes et biélorusses “jusqu’à nouvel ordre” en raison de la guerre en Ukraine.

“C’est un premier pas positif, mais Malte continue d’utiliser ce système pour d’autres nationalités et n’a pas exprimé son intention d’y mettre fin”, a déclaré mercredi la Commission européenne.

Malte a insisté sur le fait que l’octroi de la citoyenneté doit rester “une compétence nationale” et déclare que seules les “personnes méritantes” bénéficient du régime.

Le Premier ministre Robert Abela a déclaré que le programme avait levé des centaines de millions d’euros et permis à Malte de soutenir les entreprises pendant la pandémie de COVID-19.

Chypre a aboli son système de “passeport doré” et cessé de délivrer des permis de séjour en octobre 2021.

Le mois dernier, Les députés bulgares ont également soutenu une décision pour mettre fin à la délivrance controversée des soi-disant « passeports dorés ».

Malte dispose désormais de deux mois pour répondre à la mise en demeure envoyée par Bruxelles.

.

[ad_2]

Source link

admin

Leave a Reply

Your email address will not be published.