Les Mexicains votent pour savoir si le président reste ou part

[ad_1]

MEXICO CITY (AP) – Les Mexicains votent dimanche pour savoir si leur président populaire devrait mettre fin à son mandat de six ans à peine à mi-parcours ou continuer jusqu’à la fin.

Curieusement, le président Andrés Manuel López Obrador est celui qui a poussé au tout premier référendum de ce type au Mexique.

C’était considéré comme une valeur sûre. Le référendum n’est contraignant que si au moins 40 % des électeurs du pays votent – ​​ce que les experts jugent peu probable – et López Obrador a maintenu un taux d’approbation d’environ 60 %.

Dans cet esprit, les critiques ont dénoncé l’exercice comme un gaspillage d’argent – ​​près de 80 millions de dollars – et juste un moyen pour López Obrador de rallier sa base à mi-parcours de son mandat. Pour quelqu’un connu comme un éternel militant, la réaffirmation attendue du soutien est logique, mais pour un président qui parle franchement d’austérité, cela soulève des questions.

Certains dans l’opposition ont appelé les électeurs à boycotter. Le parti Morena de López Obrador a activement encouragé la base du président à voter. Le président a fait face à des critiques selon lesquelles des responsables gouvernementaux et des ressources ont promu le référendum.

Combien d’électeurs se présenteront a été la question primordiale.

Patricio Morales, analyste à l’Institut de technologie et d’enseignement supérieur de Monterrey, a déclaré que le manque de sensibilisation au référendum et le désintérêt potentiel des électeurs pourraient peser sur la participation.

Il a noté que seulement 7% des électeurs avaient participé à un autre référendum l’année dernière demandant si les anciens présidents devaient être poursuivis.

Le référendum a alimenté une querelle entre López Obrador et l’autorité électorale respectée du Mexique. Les législateurs de son parti ont réduit le budget de l’Institut national électoral et l’institut a déclaré qu’il n’avait pas l’argent pour organiser le référendum initialement estimé à plus de 191 millions de dollars. Il a refusé d’aller de l’avant tant que la Cour suprême n’a pas statué qu’il le fallait. Les ajustements ont réduit le coût prévu à 78,2 millions de dollars.

[ad_2]

Source link

admin

Leave a Reply

Your email address will not be published.