L’Écosse désolée d’avoir tué des milliers de femmes pour “sorcellerie”

[ad_1]

La première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, a officiellement présenté ses excuses pour les femmes condamnées et tuées pour “sorcellerie” aux XVIe et XVIIIe siècles.

Sturgeon a déclaré mardi au parlement écossais qu’il était “important” de reconnaître les milliers de femmes qui avaient été exécutées “simplement parce qu’elles étaient des femmes”.

Entre les XVIe et XVIIIe siècles en Écosse, environ 4 000 personnes ont été accusées de sorcellerie. 84 % étaient des femmes.

Au total, plus de 2 500 personnes ont été exécutées, pour la plupart étranglées puis brûlées, après des aveux extorqués sous la torture. La loi contre la sorcellerie est restée en vigueur jusqu’en 1736.

Lors de la Journée internationale de la femme, Sturgeon a demandé au Parlement écossais de “reconnaître cette injustice historique flagrante”.

“À une époque où les femmes n’étaient même pas autorisées à témoigner devant les tribunaux, elles étaient accusées et tuées, parce qu’elles étaient pauvres, différentes, vulnérables ou, dans de nombreux cas, simplement parce qu’elles étaient des femmes”, a-t-elle déclaré.

“[We must] présenter des excuses posthumes officielles à tous ceux qui sont accusés, condamnés, calomniés ou exécutés en vertu de la loi de 1563 sur la sorcellerie”, a-t-elle ajouté.

Une organisation caritative, Witches of Scotland, fait campagne depuis deux ans pour des excuses officielles ainsi qu’une grâce pour toutes les personnes reconnues coupables de sorcellerie. Les militants ont également demandé un monument national pour se souvenir de ceux qui ont été exécutés.

Sturgeon a déclaré que le Parlement écossais pourrait adopter une législation autorisant la grâce dans un proche avenir.

“Il y a des régions du monde où, aujourd’hui encore, des femmes et des filles sont confrontées à la persécution et parfois à la mort parce qu’elles ont été accusées de sorcellerie”, a-t-elle déclaré aux députés.

“Alors qu’en Écosse, la loi sur la sorcellerie a peut-être été reléguée au passé il y a longtemps, la profonde misogynie qui l’a motivée n’était pas [and] nous vivons toujours avec ça.”

Plus tôt cette année, Le parlement de Catalogne a officiellement gracié plus de 700 femmes qui ont également été exécutés pour “sorcellerie” entre le XVe et le XVIIIe siècle.

La région espagnole a également été l’une des premières régions d’Europe où des meurtres anti-sorcellerie ont été perpétrés en 1471.

.

[ad_2]

Source link

admin

Leave a Reply

Your email address will not be published.