La justice turque transfère l’affaire du meurtre de Khashoggi à l’Arabie saoudite

[ad_1]

Un tribunal turc a décidé jeudi de suspendre le procès par contumace de 26 Saoudiens accusés du meurtre horrible du chroniqueur du Washington Post Jamal Khashoggi, l’affaire devant être transférée à l’Arabie saoudite.

Khashoggi, un résident américain qui écrivait pour le Washington Post, a été tué le 2 octobre 2018, au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, où il s’était rendu à un rendez-vous pour recueillir les documents nécessaires à son mariage avec sa fiancée, Hatice Cengiz. Il n’est jamais sorti du bâtiment.

Cengiz, une ressortissante turque, a annoncé qu’elle ferait appel du transfert de l’affaire.

“Nous ne sommes pas gouvernés ici par une famille, comme en Arabie saoudite. Nous avons un système judiciaire qui répond aux doléances des citoyens : en tant que tel, nous ferons appel”, a-t-elle déclaré aux journalistes en quittant le tribunal d’Istanbul.

La décision du tribunal intervient malgré les avertissements des groupes de défense des droits de l’homme selon lesquels le transfert de l’affaire au royaume conduirait à une dissimulation du meurtre qui a jeté les soupçons sur le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman.

Cela survient également alors que la Turquie, qui est en proie à un ralentissement économique, tente de réparer ses relations troublées avec l’Arabie saoudite et un éventail d’autres pays de sa région.

Certains médias ont affirmé que Riyad avait subordonné l’amélioration de ses relations à l’abandon par la Turquie des poursuites contre les Saoudiens.

La semaine dernière, le procureur chargé de l’affaire a recommandé que l’affaire soit transférée au royaume, arguant que le procès en Turquie resterait non concluant.

Le ministre turc de la Justice a soutenu la recommandation, ajoutant que le procès en Turquie reprendrait si le tribunal turc n’était pas satisfait de l’issue de la procédure dans le royaume.

Nouveau procès en Arabie saoudite incertain

Il n’était cependant pas clair si l’Arabie saoudite – qui a déjà jugé certains des accusés à huis clos – ouvrirait un nouveau procès.

Le meurtre a suscité l’indignation et la condamnation internationales. Les agences de renseignement occidentales, ainsi que le Congrès américain, ont déclaré qu’une opération de cette ampleur n’aurait pas pu avoir lieu à l’insu du prince.

La Turquie, qui s’est engagée à faire la lumière sur le meurtre brutal, a commencé à poursuivre les accusés par contumace en 2020 après que l’Arabie saoudite a rejeté les demandes d’extradition. Les accusés comprenaient deux anciens collaborateurs du prince.

Certains des hommes ont été jugés à Riyad à huis clos. Un tribunal saoudien a rendu un verdict final en 2020 qui a condamné cinq fonctionnaires et agents de niveau intermédiaire à des peines de 20 ans de prison.

Le tribunal avait initialement ordonné la peine de mort, mais a réduit la peine après que le fils de Khashoggi, Salah, qui vit en Arabie saoudite, a annoncé qu’il avait pardonné aux accusés. Trois autres ont été condamnés à des peines de prison moins sévères.

.

[ad_2]

Source link

admin

Leave a Reply

Your email address will not be published.