En France, une élection cinglante alors que le rival de Macron déferle

[ad_1]

POISSY, France (AP) – Depuis l’étal de marché en dehors de Paris qu’elle dirige depuis 40 ans, Yvette Robert peut voir de ses propres yeux à quel point la flambée des prix pèse sur l’élection présidentielle française et transforme le premier tour de scrutin de dimanche en un mordeur d’ongles pour le président sortant Emmanuel Macron.

Les acheteurs, de plus en plus soucieux de joindre les deux bouts, achètent des quantités de plus en plus petites de fruits et légumes soigneusement empilés de Robert, dit-elle. Et certains de ses clients ne viennent plus du tout au marché pour ses baguettes, fromages et autres offres savoureuses. Robert soupçonne qu’avec les prix du carburant si élevés, certains ne peuvent plus se permettre d’emmener leur véhicule au magasin.

“Les gens ont peur – avec tout ce qui monte, avec la hausse des prix du carburant”, a-t-elle déclaré vendredi à la fin de la campagne pour le premier acte du drame électoral français en deux parties, qui s’est déroulé dans le contexte de la guerre de la Russie en Ukraine.

Macron, un centriste politique, a ressemblé pendant des mois à un shoo-in pour devenir le premier président français en 20 ans à remporter un second mandat. Mais ce scénario s’est estompé dans les dernières étapes de la campagne. La douleur de l’inflation et des prix de la pompe, de la nourriture et de l’énergie qui frappent particulièrement les ménages à faible revenu sont ensuite redevenues des thèmes électoraux dominants. Ils pourraient conduire de nombreux électeurs dimanche dans les bras de la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen, l’ennemi politique de Macron.

Macron, aujourd’hui âgé de 44 ans, a battu Le Pen par un glissement de terrain pour devenir le plus jeune président de France en 2017. La victoire de l’ancien banquier qui, contrairement à Le Pen, est un fervent partisan de la collaboration européenne a été considérée comme une victoire contre la politique populiste et nationaliste, à venir à la suite de l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche et du vote de la Grande-Bretagne pour quitter l’Union européenne, tous deux en 2016.

En courtisant les électeurs, Macron a des succès économiques à signaler : L’économie française rebondit plus rapidement que prévu après les coups de COVID-19, avec un taux de croissance de 7 % en 2021, le plus élevé depuis 1969. Le chômage est en baisse à des niveaux jamais vus depuis la crise financière de 2008. Lorsque la Russie a envahi l’Ukraine le 24 février, déclenchant la pire crise de sécurité en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale, Macron a également obtenu une hausse des sondages, les gens se rassemblant autour du chef en temps de guerre.

Mais Le Pen, 53 ans, est désormais une ennemie politique plus polie, redoutable et avisée alors qu’elle fait sa troisième tentative pour devenir la première femme présidente de France. Et elle a fait campagne particulièrement dur et pendant des mois sur les préoccupations du coût de la vie, capitalisant sur la question qui, selon les sondeurs, est la principale préoccupation des électeurs.

Le Pen a également réussi deux exploits remarquables. Malgré ses plans visant à réduire considérablement l’immigration et à réduire certains droits des musulmans en France, elle semble néanmoins avoir convaincu un nombre croissant d’électeurs qu’elle n’est plus la dangereuse extrémiste nationaliste raciste que les critiques, dont Macron, l’accusent d’être.

Elle l’a fait en partie en diluant une partie de sa rhétorique et de sa fougue. Elle a également bénéficié d’une aide extérieure : une campagne présidentielle d’Eric Zemmour, un agitateur d’extrême droite encore plus extrême avec des condamnations répétées pour discours de haine, a eu l’avantage pour Le Pen de la faire paraître presque dominante en comparaison.

Deuxièmement, et aussi étonnant : Le Pen a adroitement évité tout retour de bâton significatif pour sa proximité perçue antérieure avec le président russe Vladimir Poutine. Elle s’est rendue au Kremlin pour le rencontrer lors de sa dernière campagne présidentielle en 2017. Mais au lendemain de la guerre en Ukraine, cet embarras potentiel ne semble pas avoir retourné les partisans de Le Pen contre elle. Elle a qualifié l’invasion d'”absolument indéfendable” et a déclaré que le comportement de Poutine ne pouvait être excusé “d’aucune façon”.

Sur son étal de marché, Robert dit qu’elle prévoit de voter Macron, en partie à cause des milliards d’euros (dollars) que son gouvernement a distribués au plus fort de la pandémie de COVID-19 pour maintenir à flot les personnes, les entreprises et l’économie française. Lorsque les marchés alimentaires ont fermé, Robert a reçu 1 500 euros (1 600 $) par mois pour la dépanner.

“Il n’a laissé personne au bord de la route”, dit-elle à propos de Macron.

Mais elle pense que cette fois, Le Pen a aussi une chance.

“Elle a changé sa façon de parler”, a déclaré Robert. “Elle a appris à se modérer.”

À moins d’une surprise monumentale, Macron et Le Pen devraient à nouveau sortir du groupe de 12 candidats du premier tour, pour organiser un match revanche au vainqueur lors du vote du deuxième tour le 24 avril. Les sondages suggèrent que loin- Le leader de gauche Jean-Luc Mélenchon devrait terminer hors course à la troisième place. Certains des territoires français d’outre-mer du Pacifique, des Caraïbes et d’Amérique du Sud votent samedi, avant de voter dimanche en métropole.

Lorsque Macron a fait une escale électorale à Poissy, la ville à l’ouest de Paris où Robert a son stand, début mars, les sondeurs l’ont fait devancer Le Pen à deux chiffres. Bien qu’une victoire de Le Pen semble encore improbable, une grande partie de l’avantage de Macron s’est par la suite évaporée. Occupé par la guerre en Ukraine, Macron paie peut-être le prix de sa campagne quelque peu modérée, qui l’a fait paraître distant pour certains électeurs.

La marchande Marie-Hélène Hirel, une perceptrice des impôts à la retraite de 64 ans, a voté Macron en 2017 mais a déclaré qu’elle était trop en colère contre lui pour le faire à nouveau. Luttant pour sa retraite avec la hausse des prix, Hirel a déclaré qu’elle envisageait de transférer son vote à Le Pen, qui a promis des réductions d’impôts sur le carburant et l’énergie qui, selon Macron, seraient ruineuses.

Bien que les “relations de Le Pen avec Poutine m’inquiètent”, Hirel a déclaré que voter pour elle serait une façon de protester contre Macron et ce qu’elle perçoit comme son incapacité à mieux protéger les gens de l’aiguillon de l’inflation.

“Maintenant, je fais aussi partie du camp” tous contre Macron “, a-t-elle déclaré. “Il se moque de nous tous.”

[ad_2]

Source link

admin

Leave a Reply

Your email address will not be published.