Des milliers d’enfants dans les orphelinats ukrainiens “risquent d’être laissés pour compte”

[ad_1]

Les enfants des orphelinats et des institutions en Ukraine risquent d’être laissés pour compte ou encore plus séparés des membres de leur famille, a averti une organisation humanitaire.

Selon Save the Children, l’Ukraine a l’un des taux de prise en charge institutionnelle les plus élevés d’Europe.

Selon l’UNICEF, environ 100 000 enfants – 1,3 % des enfants ukrainiens – vivent dans un orphelinat ou une institution telle qu’une maison de retraite pour enfants ou un internat pour orphelins.

“L’opération militaire russe en Ukraine a provoqué la fuite d’un million d’enfants, mais la majorité des enfants placés en institution restent piégés dans le pays”, a déclaré Irina Saghoyan, directrice de Save the Children pour l’Europe de l’Est dans un communiqué.

“Ces enfants sont parmi les plus vulnérables d’Ukraine et sont exposés à un risque accru de traite, d’abus et d’autres formes d’exploitation.”

La Russie a envahi l’Ukraine fin février, déclenchant une crise humanitaire avec plus de 2,5 millions de personnes fuyant le pays, selon l’agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Des hommes âgés de 18 à 60 ans ont été enrôlés comme réservistes, ce sont donc surtout des femmes et des enfants qui fuient vers les pays voisins.

Save the Children a averti que les enfants des orphelinats ne pourront pas accéder aux soins alors que la violence s’intensifie dans le pays.

L’organisation a appelé les gouvernements à faire un effort pour protéger les enfants, en veillant à ce que ceux qui n’ont pas de soignants puissent accéder au logement, aux soins de santé et à d’autres formes de soutien.

Ils travaillent pour réunir les enfants avec la famille élargie chez des amis en Ukraine, en Pologne et dans d’autres pays.

Certaines organisations ont travaillé pour reloger ces enfants ; une centaine d’orphelins juifs ukrainiens sont arrivés en Israël la semaine dernière avec l’aide d’un fonds juif.

Mais Save The Children avertit que bon nombre de ces jeunes à risque restent dans le pays, craignant que la Russie continue de cibler les infrastructures civiles.

.

[ad_2]

Source link

admin

Leave a Reply

Your email address will not be published.